Connaître et comprendre son tempérament hippocratique

Notre corps est animé par une force vitale qui se situe dans les systèmes nerveux et glandulaires.
Ce capital vital nous est légué à la naissance et s’entretient au quotidien par une hygiène de vie adaptée à notre tempérament.
Il a été démontré que celles et ceux qui s’épanouissent le mieux dans leur vie sont les personnes qui connaissent bien leurs points forts et leurs faiblesses, tant physiques que morales.
Elles ont ainsi pu mettre en place des stratégies afin de répondre aux exigences de leur environnement.

C’est pour cela qu’il est important de connaître et de comprendre son tempérament.


Tempérament hippocratique définition

C’est au IVème siècle avant J.C. qu’Hippocrate se base sur la théorie des humeurs ou fluides du corps, sur la lymphe, le sang, la bile et la bile noire pour émettre la notion de tempérament.
4 catégories (le lymphatique, le sanguin, le bilieux et le nerveux) sont alors définies avec ses caractéristiques propres :

  • Physiologique,
  • Psychologique,
  • Et comportementale.

Le tempérament est donc l’expression de la typologie de notre énergie qui nous constitue.
En le connaissant, chacun peut mettre en place une hygiène de vie adaptée pour se maintenir en bonne santé.


L’analyse du naturopathe

Ainsi, nous avons tous à la naissance des organes différents par leur puissance respective.
C’est notre capital santé de départ. Et c’est en fonction de lui que nous allons devoir nous adapter toute notre vie durant.

Lors de la consultation, le naturopathe observe la personne dans sa globalité : le visage et le corps.
Il analyse l’ensemble et peut ensuite capter les forces et les faiblesses de chacun, tant sur le plan psychique que physiologique.

Le but est de proposer un programme spécifiquement adapté aux besoins de chaque individu : ce qui est bon pour quelqu’un ne le sera pas forcément tout le monde !

Il est à noter que 2 principaux profils ou branches s’opposent :
Le tempérament sanguino-pléthorique avec visage coloré et « dilaté » (système digestif proéminent),
Le tempérament neuro-arthritique avec visage pâle et « rétracté », (profil dit respiratoire/cérébral).
Ces 2 catégories comprennent évidemment une infinité de nuances et il est rare d’appartenir à 100% à un modèle ou un autre.

Quels sont les différents types de tempéraments

Selon Hippocrate, il existe 4 types de tempéraments :

1.Le tempérament lymphatique

C’est un bon vivant qui aime la bonne chair et le bon vin ! Il est donc sujet à la surcharge pondérale.

Morphologie : costaud et « mou »,
Caractère : convivial et calme,
Point faible : l’estomac,
Alimentation idéale : chaude, peu acide, légumes et fruits, laitage à éviter.

2.Le tempérament sanguin

Il déborde d’énergie ! Toujours en mouvements, il aime l’activité physique et a bon appétit.

Morphologie : costaud,
Caractère : dynamique, enthousiaste,
Point faible : le cœur,
Alimentation idéale : fraîche avec des protéines, fruits et légumes de préférence crus, une bonne hydratation, éviction des aliments acides.

3.Le tempérament bilieux

C’est un tempérament musclé, bien « bâti », très actif.

Morphologie : athlétique,
Caractère : individualiste, actif,
Points faibles : le système digestif et les articulations,
Alimentation idéale : fraîche, en quantité raisonnable, éviction des aliments acides, fruits et légumes en bonne quantité.

4.Le tempérament nerveux

Il a un mental d’acier et n’écoute pas forcément son corps.

Morphologie : délicat et fin,
Caractère : souvent solitaire, il intellectualise tout,
Points faibles : surmenage, stress,
Alimentation idéale : plusieurs petits repas pour mieux digérer, légumes cuits, oméga-3 pour le Système Nerveux Central.

En synthèse,

Il est intéressant de connaitre son tempérament. Cela permet d’identifier ses points forts afin de les cultiver, ses points faibles pour se préserver, de choisir son alimentation et de faire des choix de vie adaptés pour se maintenir en bonne santé.

Ainsi, dans la vie de tous les jours, chacun réagit différemment : le profil « digestif » digère facilement les repas copieux, tandis que le « cérébral » beaucoup moins, etc.

Il en va de même psychologiquement parlant. Passionnant, non ?

Et pour terminer, quelques expressions connues qui viennent de cette approche : « tu te fais de la bile, tu broies du noir, tu voies rouge, tu te fais du mauvais sang, tu rougis de plaisir… ».

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous avez aimé cet article ? Laissez-moi un commentaire, j’y répondrai avec plaisir !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *